Les troubles de la vue, kesako ?


Myopie, hypermétropie, astigmatisme, presbytie … Quels sont ces troubles de la vue qui nous accablent ? Quelques explications s’imposent.

La première étape a été pour moi de les comprendre, et pour cela, il faut commencer par un peu d’anatomie de l’oeil. Pour toi aussi visiteur, l’aventure commence ici :

schema-oeil

On les appelle troubles de réfraction, mais qu’est ce que que la réfraction ?


REFRACTION :

La réfraction c’est le fléchissement de la lumière à l’interface entre deux milieux, autrement dit lorsque la lumière entre en contact avec nos yeux, elle se courbe. Les rayons de lumière convergent alors sur la rétine, et plus particulièrement sur la fovéa qui est le point central sur lequel notre vision est la plus précise.

Voici un schéma explicatif  :

oeil emmetrope

 

Le schéma ci-dessus correspond à la vision de l’oeil dit emmétrope. C’est l’oeil normal.

Avec ces informations, il est maintenant possible de comprendre les troubles de réfraction principaux. Dans tous ces troubles, la lumière ne converge pas exactement sur la fovéa.


MYOPIE :

Dans le cas de la myopie, les rayons de lumière qui passent à travers l’oeil convergent avant d’atteindre la fovéa :

Oeil myope

 

Une personne myope voit alors moins bien les objets lointains.

Il existe différents types de myopie, et il est important lorsqu’on est myope de connaître exactement son type et à quelle partie de l’oeil elle est liée.

Myopie liée à la cornée : La cornée est une partie transparente et semi-spérique qui se situe devant l’iris. Une déformation qui allonge la cornée provoque une courbure plus importante des rayons lumineux. Ils convergent alors avant la fovéa.

Myopie liée à la longueur de l’oeil : L’oeil entier s’est allongé dans ce type de myopie, ce qui recule naturellement la fovéa. Il en résulte que la lumière converge avant celle-ci.

Myopie liée au crystallin : Le crystallin est le principal acteur de l’accommodation, ce mécanisme qui nous permet d’adapter notre vision à différentes distances. Grace aux muscles ciliaires, nous sommes en mesure de faire varier la taille du crystallin et ainsi de faire varier sa puissance de convergence. Le crystallin ne peut être suffisamment réduit pour permettre une vision nette de loin.


HYPERMETROPIE :

Dans ce cas, les rayons de lumière qui passent à travers l’oeil convergent derrière la fovéa :

Oeil hypermetrope

 

Une personne hypermétrope voit alors moins bien les objets proches.

Comme vous vous en serez peut être doutés, le raisonnement est simplement inverse à celui de la myopie.

Hypermétropie liée à la cornée : Une insuffisance de la cornée provoque une courbure moins importante des rayons lumineux. Ils convergent alors derrière la fovéa.

Hypermétropie liée à la longueur de l’oeil : L’oeil entier s’est contracté, ce qui avance naturellement la fovéa. Il en résulte que la lumière converge derrière celle-ci.

Hypermétropie liée au crystallin : Le crystallin ne peut être suffisamment bombé pour permettre une vision nette de près.


PRESBYTIE :

Elle est similaire à l’hypermétropie car sa conséquence est souvent une mauvaise vision de près.

Néanmoins, la presbytie vient avec l’âge et la perte d’élasticité du crystallin. D’ailleurs, l’origine du mot grec presbys signifie “ancien”.


ASTIGMATISME :

L’astigmatisme est une déformation particulière de la cornée qui donne lieu à une mauvaise vision mais dans un axe spécifique.

Dans les cas les plus courants, l’astigmatisme est régulier et cette déformation s’applique sur un seul axe :

cornees-et-astigmatisme

Astigmatisme direct : La cornée a la forme d’un oeuf couché sur sa longueur. La vision des lignes horizontales (axe 0° ou 180°) devient floue. C’est également mon type d’astigmatisme.

Astigmatisme indirect : La cornée a la forme d’un oeuf debout sur sa hauteur. La vision des lignes verticales (axe 90°) devient floue.

La principale différence entre l’astigmatisme et les autres troubles de la vues est que cette déformation donne lieu à deux points de convergence. Pour un astigmatisme direct, les rayons verticaux vont converger correctement sur la fovéa contrairement au rayons horizontaux. Ces derniers se trouveront devant la rétine, à l’intérieur de l’oeil pour un astigmatisme myopique et derrière la rétine pour la version hypermétropique.

D’autres formes d’astigmatisme existent, si votre prescription indique 45°, ce seront donc les lignes en diagonale que vous verrez de façon floue. Un test simple d’astigmatisme consiste à observer la roue ci-dessous :

roue-astigmatime

 

Si vous voyez des lignes plus nettes que d’autres, vous êtes probablement astigmate. Une estimation de l’axe de votre astigmatisme correspond à l’axe de la ligne la plus floue. Ce test peut être effectué oeil par oeil.


C’est la fin de ce premier article introductif. Vous en savez maintenant davantage sur les troubles de la réfraction !

N’hésitez pas à faire plus de recherches sur celui (ou ceux) qui vous affectent.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *