Sous-correction : challenger vos yeux en douceur 6


Aujourd’hui nous allons répondre à une grande question que certains lecteurs du site se sont posés : “Arrêter de porter ses lunettes, changer ses habitudes visuelles, je veux bien. Mais ma correction est trop forte, je ne peux absolument pas me passer de lunettes !”.

Ce questionnement tout à fait légitime va trouver une réponse dans cet article avec l’utilisation de verres correcteurs qui ne sont pas entièrement adaptés à votre vue ! Avec la sous-correction, vous pourrez challenger vos yeux en douceur tout en continuant d’y voir clair.

Description

Mais qu’est-ce que la sous-correction ? C’est tout simplement le fait de porter une paire de lunettes à la puissance correctrice inférieure à votre besoin. Si votre ordonnance indique une myopie de -2 pour chaque œil et que vous portez une paire de lunettes de -1, alors vous êtes en sous-correction.

Avant tout, il convient de rappeler que la rééducation visuelle est une démarche qui s’inscrit dans le temps. On observe en moyenne entre 0,5 et 0,75 dioptries d’amélioration par an. Par conséquent, il faut faire preuve de patience et surtout installer de nouvelles et bonnes habitudes visuelles qui ne vous demanderons pas d’effort.

De nombreuses habitudes sont décrites dans ce site, mais c’est la mise au point à la limite du flou qu’il faut bien comprendre avant de commencer à porter des lunettes en sous-correction.

La seule règle à respecter c’est de ne jamais porter une correction supérieure à ce dont vous avez besoin (sur-correction). Pour les faibles myopes (moins de 2 dioptries), c’est donc commencer par ne plus en porter en vision de près.

Choisir la sous-correction adéquate

C’est une affaire délicate, pour laquelle toute précaution est bonne à prendre, prenez donc soin de lire les 4 sections suivantes avec attention.

Bien comprendre son trouble de la vue

Tout d’abord, il faut bien comprendre ce que vous faites. Si vous ne l’avez pas fait :

  1. Intéressez-vous à votre trouble de la vue
  2. Maitrisez la prescription de l’ophtalmologue
  3. Comprenez ce qu’est une dioptrie

Trouver les outils

Pour sélectionner la sous-correction qu’il vous faut, il vous faudra un accès à différents verres correcteurs. Ce sont des outils qui ne sont pas facilement accessibles. Si vous avez un gentil ophtalmo, vous pourrez peut être utiliser les siens. Sinon, il ne vous restera que deux options :

  1. Acheter une valise d’ophtalmo : aussi appelée Trial lens set en anglais, eBay est votre ami et vous trouverez différents choix à travers la célèbre plateforme d’enchères. Certaines ne sont pas si excessives quand on pense au prix qu’on peut mettre dans une paire de lunettes aujourd’hui.
  2. Acheter plusieurs paires aux corrections différentes et faire des tests

Déterminer le nombre de paires dont vous avez besoin

Ensuite, il faut déterminer les situations visuelles les plus fréquentes pour vous. Ces situations vont dépendre du type de défaut visuel qui vous concerne. Pour une majorité de personnes, on peut déterminer 2 situations types : la vision de près et la vision de loin. Ce sont des notions qui sont aussi utilisées par les ophtalmologues et qui ont par conséquent déjà du sens.

L’objectif, c’est de trouver une correction suffisante pour la situation en question tout en maintenant un léger flou.

Vision de Près ou VP

lunettes sous-correction

C’est typiquement la situation dans laquelle vous vous trouvez quand vous lisez un livre ou que vous travaillez devant un ordinateur. Comme c’est une situation fréquente, il faut s’y attaquer rapidement. Pour vos journées de travail, vous pouvez donc choisir une correction. N’oubliez pas pour autant de faire des pauses toutes les 20 minutes.

Vision de Loin ou VL

lunettes sous-correction

Le cinéma ou la conduite sont deux situations fréquentes pour lesquelles vous pouvez avoir besoin d’une paire supplémentaire. Si vous êtes myope, cette dernière sera plutôt proche de la prescription de l’ophtalmologue.

Vision Intermédiaire ou VI (optionnel)

Parfois, vous pourrez ressentir le besoin d’intégrer une 3ème paire si vous vous retrouvez souvent dans une situation ou le plan que vous observez ni pas si loin mais pas si proche non plus. Cela peut par exemple être lorsqu’on regarde un film ou une série sur son ordinateur portable à une distance de plus de 1 mètre.

On pourra alors utiliser la sous-correction VP mais en cas d’inconfort, la question d’une 3ème paire peut se poser. C’est en particulier vrai lors que l’astigmatisme n’est pas négligeable, car ce trouble non uniforme affecte de façon complexe l’acuité quelle que soit la distance.

Déterminer le niveau de sous-correction

Armé de votre mesure de la limite du flou, il s’agira de combien de dioptries diminuer votre correction actuelle, et là cela peut beaucoup dépendre de vous.

La règle d’or à respecter est la suivante : la sous-correction sélectionnée doit vous permettre d’être portée dans la situation correspondante (VL, VP ou VI) sans vous causer de stress visuel.

Voici maintenant quelques lignes directrices :

Vision de loin

La sous-correction doit être au plus près de votre mesure personnelle de la limite du flou, que soit en terme de myopie, d’astigmatisme ou autre. En ophtalmologie, les professionnels fonctionnent par pas de d’un quart de dioptries.

Par conséquent, si vous avez mesuré 43cm, cela correspond réellement à 1/0,43 soit environ -2,32 dioptries. Le bon choix sera probablement de porter une sous-correction de -2,25.

Vision de près

Pour un trouble uniforme comme la myopie, on peut souvent retirer plusieurs dioptries voire ne pas en avoir besoin ! Si votre mesure de la limite du flou est supérieure à la distance à laquelle vous vous tenez de votre ordinateur ou livre, nul besoin de sous-correction. Enlevez vos lunettes, vous verrez clairement à ces distances.

Par contre, si vous avez une compostante d’astigmatisme importante, si elle est supérieure à 0,5 dioptries, il vaudra mieux parfois ne pas la négliger. Dans ce cas, l’expérience montre qu’une approximation correspondrait à prendre votre sous-correction en VL. Dans l’exemple précédent de -2,25, on devrait retirer 0,5 dioptries, ce qui nous donnerait dans ce cas une sous-correction de 1,75 d’astigmatisme en vision de près (sans changement d’axe).

Vision intermédiaire

Les mêmes règles que la vision de près s’appliquent pour les troubles uniformes comme la myopie. En ce qui concerne l’astigmatisme, on pourra retirer 0,25 dioptrie à la sous-correction en VL. Dans notre exemple, les 2,25 dioptries d’astigmatisme deviendraient -2, toujours sans changer l’axe bien sur.

Vous pouvez vous référez à la section Journal du site pour lire les derniers bilans de mon expérience personnelle. Dans ces derniers, vous pourrez avoir une idée de ce à quoi cela correspond dans mon cas. Tous ces éléments ne sont pas exacts et relèvent uniquement des résultats de mon expérience personnelle.

Obtenir des lunettes en sous-correction

C’est aussi une excellente question. En effet, obtenir une prescription plus faible à travers un ophtalmologue n’est pas évident. Cependant, certains médecins plutôt ouverts à la discussion peuvent décider de vous aider. Vous avez donc les options suivantes :

  1. Avoir un gentil ophtalmo : Ce médecin compréhensif peut accepter de vous fournir une prescription plus faible, voire même vous accompagner dans votre quête du mieux voir
  2. Utiliser des anciennes paires de lunettes : En effet, si vous faites partie de ceux qui conservent toutes leurs affaires, vous avez peut être encore d’anciennes paires de lunettes qui vont ont appartenue? Elles auront possiblement une correction plus faible et vous pouvez même demander à n’importe quel opticien de vous indiquer leur correction si vous souhaitez la connaître.
  3. Ad-lens adjustables : ces lunettes dont la correction est ajustable pourrait aussi faire l’affaire. Je m’en suis procuré une paire pour lesquelles j’écrirais bientôt un article. *spoiler alert* Ne les achetez pas ! *spoiler alert*.
  4. Le site selectspecs.com : cet excellent site européen propose de nombreuses paires de lunettes à 9€. La qualité de fabrication de ces dernières propose un rapport qualité prix tout simplement imbattable. Sur ce site, vous pouvez indiquer vous-même la correction que vous souhaitez.

Principes

Le principe est assez simple en réalité. Si vous êtes ici, c’est que votre vision s’est détériorée au fur et à mesure d’un temps pendant lequel vous avez porté des lunettes. Ces lunettes vous ont été prescrites pour des situations bien précises.

Par exemple, si vous êtes myope, votre prescription vous permet d’améliorer votre vision de loin. Cependant, le port de cette correction en vision de près devient une sur-correction. Cette mauvaise habitude a un effet néfaste sur votre vue à long terme (cf. article sur les actions et travers des verres correcteurs).

L’idée est donc d’inverser la tendance en douceur. Au lieu de vous retrouver régulièrement dans une situation de sur-correction, il faut vous retrouver régulièrement en situation de sous-correction. L’œil étant vivant va réagir à ce stimulus en s’adaptant. Si bien que, au lieu de prendre la voie de la détérioration, il va prendre la voie de l’amélioration.

Remarques

Nous rappelons que Vision Alternative n’est pas responsable des éventuelles conséquences sur votre vue. L’utilisation de verres non-adaptés à votre vue n’est pas pour ainsi dire conseillée par les ophtalmologues. Si vous vous lancez dans cette aventure, vous devez le faire à vos propres risques et périls.

Cependant, apprenez que dans de nombreux cas les ophtalmologues eux-mêmes sous-corrigent. Certains en font même une règle car ils connaissent les effets pervers de la sur-correction. Par ailleurs, nombreux sont les professionnels de l’optique (cf. Zeiss) qui confirment que porter des lunettes mal ajustées ne peut pas endommager vos yeux, même à long terme. Par conséquent, si des risques existent ils sont donc probablement faibles, et surtout, pas plus élevés que le port de lunettes en général.

Pour finir, reprendre en main petit à petit sa vue et l’améliorer ainsi est une expérience extrêmement gratifiante. Voire grandir sa sphère de netteté s’accompagne de gains psychologiques difficiles à expliquer. Toutefois, obtenir ces résultats vous demandera de naviguer un peu à contre-courant, à la manière de Vision Alternative. Pour faire simple, vous ne risquez pas d’être soutenus dans cette démarche qui sort complètement des chemins tracés.

Avez-vous le tempérament pour une telle quête ? Vous seul avez la réponse à cette question.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6 commentaires sur “Sous-correction : challenger vos yeux en douceur

  • brunel

    Super ! C’est fou ! C’est exactement ce que j’ai entrepris depuis le début de l’été.
    Je porte des lunettes à verres progressifs.
    Je fais ça en 2 éléments :
    – j’utilise pour lire au moins 10 mn par jour et chaque fois que je regarde la télé des lunettes à trou (sténopée)
    – j’utilise ensuite chaque jour un peu mes anciennes lunettes ( assez facilement 1/2 journée par jour sur ordi au boulot, et pour lire pendant environ 10 mn/jour après cela me fatigue la vue, je reprends mes lunettes normales).
    Que pensez-vous de ma méthode, cela pourait m’aider d’avoir votre retour sur la question.
    Merci d’avance !
    Magali
    52 ans

    • Riad Auteur de l’article

      Bonjour Magali,
      J’ai pensé à faire un article sur les lunettes à trou mais n’ayant aucun résultat concret du à leur utilisation, j’ai choisi de les laisser tomber. En ce qui me concerne, vous l’aurez compris, les lunettes à trou m’ont donc étés inutiles. Par contre, en ce qui concerne vos anciennes lunettes cela me semble être une bonne idée mais tout dépend de votre défaut visuel. Je ne suis pas un professionnel de la santé mais je suppose que vous êtes presbyte, auquel cas je ne saurai vous dire si vous ressentirez une amélioration de votre vue suite à l’application de votre méthode car ce défaut visuel est du à un vieillissement du cristallin et non à de mauvaises habitudes visuelles. Cependant, n’hésitez pas à revenir en parler pour me tenir au courant, cela pourrait aider d’autres personnes dans votre cas !

  • RH

    Bon article !

    Ce qu’on peut conseiller aussi, c’est de mettre de l’atropine pendant 10 jours au moins, pour neutraliser les muscles des yeux, qui faussent les mesures.
    Atropine à demander à un ophtalmo, s’il refuse à un médecin sympa. Un flacon permet de faire 10 jours facile, même si on vous prescrit moins de jours.
    Puis, à la fin des 10 jours, on se fait mesurer chez l’ophtalmo et idéalement aussi chez un opticien (2 mesures valent mieux qu’une !)
    On obtient ainsi sa correction REELLE et PRECISE, ce qui n’est quasiment jamais le cas sinon… !
    On ne doit ensuite jamais porter de correction plus forte que cette correction précise, même si on voit flou au début.
    Et, comme dit dans cet article, avoir des corrections spéciales pour voir de près.

  • Alain

    Bonjour, en suivant le même principe n’est-il pas risqué de ne pas porter de lunettes ou sous corrigées, dans le sens où l’oeil s’adapte et peut notamment créer un strabisme pour faire le focus ? Comme il le ferait pour corriger la myopie ?

    • Riad Auteur de l’article

      Bonjour Alain, je ne suis pas sur de comprendre ce que vous voulez dire. Pour corriger la myopie, l’œil ne développe pas l’inverse d’un strabisme. La myopie est souvent le résultat d’une élongation de l’oeil, le but de la sous correction est de retourner à un oeil pré-élongation pour que la mise au point soit nette. Le vrai risque c’est que l’oeil compense avec l’accommodation du cristallin et provoque ainsi un vieillissement prématuré de l’oeil.

      En ce qui concerne le strabisme, c’est un défaut d’alignement des yeux, il n’est donc à priori en rien lié à la myopie ou aux autres troubles de la vue dits de réfraction.

      J’espère avoir répondu à votre question, toutefois si vous n’êtes pas à l’aise avec ce genre de méthodes, je ne saurais que trop vous conseiller de ne pas porter ce genre de lunettes et de vous tourner vers un ophtalmologue.