Quête du mieux voir – Bilan annuel 2018 2


Le jour du troisième bilan annuel est arrivé. L’année dernière, je m’étais rendu chez l’ophtalmologue le 11/09/2017 et cette année, avec tout juste quelques jours d’écart, je me suis rendu chez le même ophtalmologue le 20/09/2018.

Coupons court à tout suspens. Comme prévu par le bilan du mois dernier (voir bilan d’août 2018), aucune évolution n’a été mesurée par l’ophtalmologue sur cette période. Je me suis d’ailleurs posé la question de la nécessité de cette visite au vu de mes prévisions.

Le régime suivi le long de cette année a été constant avec principalement de la sous-correction, on peut donc mesurer son effet sur un an. Ce bilan est l’occasion de prendre de la hauteur : il n’est plus question aujourd’hui de mesurer des effets à 1 mois mais plutôt des effets à 1 an. De plus, il est aussi temps d’analyser les effets des différentes actions entreprises et de ne retenir que le meilleur pour l’année à venir.

Visite chez l’ophtalmologue

Déroulement

La visite a eu lieu au même horaire que l’année dernière et au même endroit. Par conséquent les conditions de mesure étaient aussi similaires que possible.

Comme c’est déjà la 3ème fois, la visite a été assez rapide.

Résultats de la visite

Pas de score sans lunettes cette année, nous sommes immédiatement passés aux mesures du réfractomètre puis aux mesures avec corrections.

Comme l’année dernière, quelle que soit la correction, je n’ai pas réussi à lire la ligne du 10/10 voire parfois la ligne du 9/10. C’est peut être toujours un spasme oculaire de fin de journée qui donne lieu à une pseudo myopie.

En ce qui concerne les mesures en dioptries : voici les 3 dernières photos que j’ai prises et qu’il est possible de comparer :

bilan annuel 2018

Note sur les abréviations utilisées :

OD : Oeil Droit

OG : Oeil Gauche

LP1 : Indique la correction des lunettes avant la visite

RR : Indique l’erreur de réfraction telle que mesurée par le réfractomètre dans l’oeil

FIN : Indique la correction prescrite à la fin de la visite. C’est celle qu’on retrouve sur l’ordonnance.

La valeur FIN de 2016 se retrouve donc logiquement dans la valeur LP1 de 2017.

Si vous ne comprenez pas le sens de ces chiffres, je vous invite à lire cet article qui explique l’ordonnance de l’ophtalmo.

Analyse des résultats

Nous n’entrerons pas cette année dans de longues comparaisons chiffrées car cela me semble inutile. Pour résumer, les résultats sont approximativement les mêmes que l’année dernière.

Les mesures du réfractomètre sont même légèrement en dessous de celle de l’an dernier mais pour l’ophtalmologue la correction finale n’a pas évolué. Cette difficulté supplémentaire à lire les dernières lignes est à priori due à la sous-correction trop importante que je me suis infligée.

J’ai voulu et espéré une évolution en dioptrie aussi importante voire plus importante et plus rapide que l’an dernier. Pour ce faire, j’ai donc changé mes corrections à un rythme élevé alors que même mes mesures ne montraient pas ce besoin. En bref, j’ai voulu diminuer ma correction de 0,75 dioptrie en un an alors que mes mesures n’ont montré qu’une évolution de 0,25 dioptries

Analyse de l’évolution

Rappels de l’évolution des mesures

Pour rappel, voici l’évolution telle que je l’ai relevée :

Correction201620172018
Valeur LDF mesurée en centimètres4560,2373,03
Valeur correspondante à la LDF en dioptrie1/0,45 = 2,221/0,6023 = 1,661/0,7303 = 1,37
Prescription de l’ophtalmologue en dioptries (astigmatisme)21,51,5
Correction de l’ophtalmologue en dioptries (myopie)0,6250,50,5

Tableau récapitulatif des évolutions en centimètres par mois :

Sut ce tableau, on peut voir des périodes où l’évolution a été plutôt bonne et d’autres où l’évolution a été moindre.

Cette année, je vais m’intéresser au rapport entre l’ampleur de ces évolutions et les régimes de sous-correction correspondants.

Rappel : évolution VS régime visuel 2016-2017

Pour la période allant de Septembre 2016 à Septembre 2017, mon constat était que l’évolution semblait être positivement corrélée à 2 choses:

Cette année j’ai donc gardé ces éléments en tête.

Évolution VS régime visuel 2017-2018

Pour la période allant de Septembre 2017 à Septembre 2018, j’ai essentiellement pratiqué la sous-correction et la mise au point active. La seule variable a été le niveau de sous-correction pratiqué.

Voyons les effets des différentes sous-corrections sur l’évolution en centimètres.

Port de Correction Réduite en Vision de Près (PCR VP)

Pour la vision de près, devant l’ordinateur toute la journée. Cette sous-correction est souvent portée 8 à 10 heures par jour :

Port de Correction Réduite en Vision de Près (PCR VP)

La plus forte évolution est constatée avec la correction la plus forte.

Port de Correction Réduite en Vision Intermédiaire (PCR VI)

Pour la vision intermédiaire, devant un film ou autre écran qui n’est pas à portée de bras. Cette sous-correction est normalement portée 1 à 4 heures par jour :

Port de Correction Réduite en Vision Intermédiaire (PCR VI)

Si on excepte le mois de Mai dont l’effet pourrait être à rattacher à la période précédente, les plus fortes évolutions semblent encore constatées avec une sous- correction plus importante.

Il semblerait aussi que le “remplacement” des correction cylindriques (astigmatisme) contre des correction sphériques (myopie) n’aient pas un impact très positif sur l’évolution.

Port de Correction Réduite en Vision de Loin (PCR VL)

Pour la vision de loin, en conduite nocturne particulièrement. Cette sous-correction est la moins utilisée, environ 1 heure par jour :

Port de Correction Réduite en Vision de Loin (PCR VL)

La plus forte évolution est encore constatée avec la correction la plus forte.

Conclusions sur la sous-correction

Il faut évidemment lier les effets avec les fréquences d’utilisation des sous-corrections. Quand on sait que la mesure “manuelle” est surtout un mesure de mon astigmatisme (plus fort que ma myopie), les résultats sont assez parlants.

L’astigmatisme mesurée à varié entre -1,66 et -1,37 dans cette période et les évolutions ont été plus élevées lorsque les sous-corrections s’approchaient de ces valeurs.

Par conséquent, pour optimiser l’évolution, la sous-correction appliquée doit être proche du défaut mesuré.

Toute tentative d’augmentation de la sous-correction dans un vain espoir d’aller plus vite est entièrement contre-productive.

Pour finir

Le positif ? Une évolution constante. Le négatif ? L’évolution est lente

Il est inutile d’essayer d’aller plus vite que la musique au risque de voir son rythme ralentir en écho à la fatigue.

On peut voir la constance de l’évolution sous la forme d’une belle droite pour les mesures en centimètres. Cependant, le rapport inverse entre centimètres et dioptries fait que l’évolution des corrections est loin d’être aussi rapide.

L’an dernier, l’évolution avait été de 15,23 cm en tout. Soit 1,27 cm par mois.

Cette année, l’évolution, qui aurait dû être meilleure, a finalement été de 12,8 cm en tout. Soit 1,07 cm par mois.

Essayons d’être optimiste et réaliste pour l’année à venir. Si j’arrive à reproduire les “bonnes périodes”, alors 1,5 cm par mois ne me semble pas complètement absurde. Cela correspondrait à un correction mesurée de 1,1 dioptries l’an prochain.

Faisable ? Je ne sais pas mais je suis curieux et déjà impatient. Quoi qu’il en soit, rendez-vous dans un an pour le savoir !


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Quête du mieux voir – Bilan annuel 2018

  • Caroline

    Un peu décevant j’imagine… Bravo de tenter tout ça. Je connaissais Bates mais cela n’a rien donné. J’ai eu tellement de maux de tête en début d’année que j’ai remis les lunettes presqu’en permanence et je srns bien que la myopie a encore augmenté. Mon ophtalmo a confirmé. J’ai décidé de ne pas faire mes nouvelles lunettes, je suis donc déjà sous corrigée. Je me suis dit” que faire ?” Et là je me suis dit que la clé était d’aller dehors. Et j’ai trouvé Jake Steiner et votre site très bien expliqué. Merci beaucoup. Ça change tout.
    J’imagine que vous n’avez pas trop le temps de regarder l’horizon ? Dimanche j’ai passé 1h30 au milieu des champs. Quand je suis rentrée, mes yeux n’ont pas du tout aimé retrouver un monde limité. Incroyable !
    Bonne continuation, je vais suivre vos progrès.

    • Riad Auteur de l’article

      Bonjour Caroline,
      Merci pour vos encouragements, l’une des clés c’est effectivement de passer du temps à l’extérieur. Non seulement pour agrandir et approfondir le champs visuel mais aussi pour être exposé à la lumière du soleil qui nous permet de sécréter de la dopamine. Il y a un très bon documentaire d’Arte sur le sujet si ça vous intéresse “Demain tous myopes”.
      Bonne continuation à vous également